Posted on: mai 11, 2021 Posted by: Rédaction Comments: 0
C'est quoi, une piscine écologique ?

L’été arrive. Et avec lui une probable canicule, ou du moins des chaleurs étouffantes. Vous allez encore maudire votre voisin, celui que vous n’aimez pas beaucoup, et qui prend un malin plaisir à faire un maximum de bruit dès qu’il plonge dans sa piscine. Onze mètres de long. Cinq mètres de larges. Deux mètres de profondeur. 110 mètres cube de fraîcheur chlorée et de bonheur. Seulement voilà, s’il avait été un peu plus malin, avec tout son argent qui vient d’on ne sait même pas où, il aurait opté pour une piscine écologique. Parce que oui, ça existe.


1. Le principe

Une piscine écologique n’a besoin d’aucun produit chimique pour rester propre. Oubliez le chlore qui vous fait gonfler les yeux comme un lapin atteint de myxomatose, des alternatives existent. La piscine naturelle, donc. Il ne s’agit pas là d’un trou creusé dans le sol, aux parois parfaitement droites et parallèles, avec des petits carreaux bleus un peu partout. Une piscine naturelle a une forme plus… comment dire…  naturelle. Et surtout, surtout, de la vie.

L’été arrive. Et avec lui une probable canicule, ou du moins des chaleurs étouffantes. Vous allez encore maudire votre voisin, celui que vous n’aimez pas beaucoup, et qui prend un malin plaisir à faire un maximum de bruit dès qu’il plonge dans sa piscine. Onze mètres de long. Cinq mètres de larges. Deux mètres de profondeur. 110 mètres cube de fraîcheur chlorée et de bonheur. Seulement voilà, s’il avait été un peu plus malin, avec tout son argent qui vient d’on ne sait même pas où, il aurait opté pour une piscine écologique. Parce que oui, ça existe.


1. Le principe

Une piscine écologique n’a besoin d’aucun produit chimique pour rester propre. Oubliez le chlore qui vous fait gonfler les yeux comme un lapin atteint de myxomatose, des alternatives existent. La piscine naturelle, donc. Il ne s’agit pas là d’un trou creusé dans le sol, aux parois parfaitement droites et parallèles, avec des petits carreaux bleus un peu partout. Une piscine naturelle a une forme plus… comment dire…  naturelle. Et surtout, surtout, de la vie.

Car comment s’assurer que l’eau de son bassin est bien propre ? En y insérant la vie et en en faisant un milieu naturel. Ce sont les plantes qui seront capables d’accomplir ce petit miracle. On retiendra les plantes épuratrices comme la menthe d’eau ou le roseau commun, chargées de l’épuration du milieu, et les plantes oxygénantes que sont les nymphéas et les volants d’eau. Pourquoi leur présence est-elle nécessaire ? Pour apporter de l’oxygène aux bactéries qui vivent dans l’eau de votre nouvelle piscine naturelle, bactéries qui se chargent de dégrader les déchets présents dans votre bassin pour en faire des nutriments qui viendront nourrir les plantes épuratoires.

Vous avez tout compris : votre piscine naturelle n’est pas qu’un bassin de baignade, c’est aussi un écosystème. Et puis en période de sécheresse, les piscines naturelles présentent un bel avantage sur les bassins « classiques » : elles n’ont pas besoin d’être vidangées. Vous la remplissez à la livraison pour la première et dernière fois. Les restrictions d’eau à prévoir ne vous concerneront donc pas. Pas pour votre piscine, en tout cas.


2. Ce dont il faut avoir conscience avant de se lancer…

Une piscine écologique dans le jardin, ce n’est pas une décision à prendre à la légère. Oui, ce serait très bien, vous ne trouverez personne pour vous dire le contraire. Parce qu’il n’y a pas d’entretien ou très peu (comptez 400€ par an d’électricité si vous avez un système de pompes, ajoutés à une centaine d’euros d’eau, et une coupe annuelle des plantes aquatiques). Parce qu’il n’y a pas besoin d’un système de chauffage, le soleil s’en charge. Parce qu’avec une piscine naturelle, vous serez le roi du pétrole (ou au moins celui de votre quartier). Mais il vous faut quand même avoir conscience de certains paramètres avant de vous lancer.

Tout d’abord, quelle que soit la surface que vous prévoyez pour votre piscine, il faut bien vous rendre compte qu’une partie de celle-ci sera consacrée aux plantes. Ce sont elles qui assurent la propreté de votre eau, ce n’est pas le moment de les écraser avec vos gros pieds maladroits. Pour une piscine 100% naturelle, c’est-à-dire sans système de filtrage spécifique autre que les plantes et sans système de pompes, le site univers-nature.com suggère de consacrer la moitié du bassin aux plantes. Cette surface peut être réduite à 20% avec des pompes imprimant un mouvement à l’eau de votre bassin.

Selon le mode de construction que vous choisirez, les tarifs changent du tout au tout. Après un tour sur le net, il apparaît qu’une piscine en autoconstruction vous reviendra tout compris à environ 2000€. Pourquoi si peu ? Parce qu’il n’y a pas de paysagiste pour harmoniser votre piscine et votre jardin, pas de pisciniste qui se fait une belle marge sur la moindre pièce de matériel, et pas de professionnel du terrassement à rémunérer. Votre plus grande dépense sera la bâche de fond, qui empêche l’eau de s’infiltrer dans le sol. Une piscine naturelle à 2000€, avouez que c’est tentant.

En revanche, si vous n’avez pas l’âme d’un bricoleur et que vous voulez être certain de la qualité de l’ouvrage en faisant appel aux professionnels cités plus haut, l’ouvrage peut vous revenir à plus de 20 000€. Voire beaucoup plus selon l’ambition esthétique que vous avez. A vous de choisir.


3. Les photos

Une piscine naturelle, c’est non seulement le choix de l’écologie, mais aussi le choix du beau. Voici quelques clichés qui pourraient vous convaincre de faire le bon choix.

Car comment s’assurer que l’eau de son bassin est bien propre ? En y insérant la vie et en en faisant un milieu naturel. Ce sont les plantes qui seront capables d’accomplir ce petit miracle. On retiendra les plantes épuratrices comme la menthe d’eau ou le roseau commun, chargées de l’épuration du milieu, et les plantes oxygénantes que sont les nymphéas et les volants d’eau. Pourquoi leur présence est-elle nécessaire ? Pour apporter de l’oxygène aux bactéries qui vivent dans l’eau de votre nouvelle piscine naturelle, bactéries qui se chargent de dégrader les déchets présents dans votre bassin pour en faire des nutriments qui viendront nourrir les plantes épuratoires.

Vous avez tout compris : votre piscine naturelle n’est pas qu’un bassin de baignade, c’est aussi un écosystème. Et puis en période de sécheresse, les piscines naturelles présentent un bel avantage sur les bassins « classiques » : elles n’ont pas besoin d’être vidangées. Vous la remplissez à la livraison pour la première et dernière fois. Les restrictions d’eau à prévoir ne vous concerneront donc pas. Pas pour votre piscine, en tout cas.


2. Ce dont il faut avoir conscience avant de se lancer…

Une piscine écologique dans le jardin, ce n’est pas une décision à prendre à la légère. Oui, ce serait très bien, vous ne trouverez personne pour vous dire le contraire. Parce qu’il n’y a pas d’entretien ou très peu (comptez 400€ par an d’électricité si vous avez un système de pompes, ajoutés à une centaine d’euros d’eau, et une coupe annuelle des plantes aquatiques). Parce qu’il n’y a pas besoin d’un système de chauffage, le soleil s’en charge. Parce qu’avec une piscine naturelle, vous serez le roi du pétrole (ou au moins celui de votre quartier). Mais il vous faut quand même avoir conscience de certains paramètres avant de vous lancer.

Tout d’abord, quelle que soit la surface que vous prévoyez pour votre piscine, il faut bien vous rendre compte qu’une partie de celle-ci sera consacrée aux plantes. Ce sont elles qui assurent la propreté de votre eau, ce n’est pas le moment de les écraser avec vos gros pieds maladroits. Pour une piscine 100% naturelle, c’est-à-dire sans système de filtrage spécifique autre que les plantes et sans système de pompes, le site univers-nature.com suggère de consacrer la moitié du bassin aux plantes. Cette surface peut être réduite à 20% avec des pompes imprimant un mouvement à l’eau de votre bassin.

Selon le mode de construction que vous choisirez, les tarifs changent du tout au tout. Après un tour sur le net, il apparaît qu’une piscine en autoconstruction vous reviendra tout compris à environ 2000€. Pourquoi si peu ? Parce qu’il n’y a pas de paysagiste pour harmoniser votre piscine et votre jardin, pas de pisciniste qui se fait une belle marge sur la moindre pièce de matériel, et pas de professionnel du terrassement à rémunérer. Votre plus grande dépense sera la bâche de fond, qui empêche l’eau de s’infiltrer dans le sol. Une piscine naturelle à 2000€, avouez que c’est tentant.

En revanche, si vous n’avez pas l’âme d’un bricoleur et que vous voulez être certain de la qualité de l’ouvrage en faisant appel aux professionnels cités plus haut, l’ouvrage peut vous revenir à plus de 20 000€. Voire beaucoup plus selon l’ambition esthétique que vous avez. A vous de choisir.


3. Les photos

Une piscine naturelle, c’est non seulement le choix de l’écologie, mais aussi le choix du beau. Voici quelques clichés qui pourraient vous convaincre de faire le bon choix.

 

 

 

 

Leave a Comment